Visite Médicale de l'Armée - Test d'Aptitude Médicale - S'engager | Recrutement Armée

Visite médicale armée | Aptitude médicale au recrutement

Pour s'engager dans l'armée, il faut avoir les aptitudes médicale exigées pour l'exercice de la fonction militaire. Cette exigence englobe non seulement les compétences techniques nécessaires pour tenir un emploi, mais aussi les aptitudes physique, mentale et médicale (cette dernière incluant l'aptitude psychique). Lors du recrutement, le service de santé des armées détermine l'aptitude médicale au service des militaires et des candidats à l'engagement.

Visite médicale armée : Qu'est-ce que l'aptitude médicale ?

L’aptitude médicale au service est définie comme suit : « Est apte au service la personne qui, du point de vue médical, satisfait physiquement, intellectuellement et psychiquement aux exigences du service militaire ou du service de la protection civile et qui, dans l’accomplissement de celui-ci, ne nuit pas à sa santé ni à celle d’autrui. »

La décision d’aptitude médicale se fonde sur les 3 piliers suivants:

Quelles sont les conditions d'aptitude médicale pour entrer dans l'armée ?

Chaque armée, chaque spécialité requiert des personnels avec des compétences particulières et un état de santé minimum. Un profil médical minimum que le candidat doit avoir pour y entrer a donc été établi : Les SIGYCOP en fonction des différentes spécialités des armées.

SIGYCOP : Le test d'aptitude médical d'un individu à exercer dans l'armée française

Tous les candidats à l'engagement doivent correspondre à un profil médical appelé « SIGYCOP », vérifié lors d’une visite médicale faisant suite à la convocation au centre de sélection, effectuée par un médecin militaire. Le SIGYCOP est un profil médical permettant de déterminer l'aptitude d'un individu à exercer dans l'armée française.

Il est composé de 7 profils détaillés, nommés chacun par une lettre de l'acronyme SIGYCOP :

S : ceinture scapulaire et membres supérieurs
I : ceinture pelvienne et membres inférieurs
G : état général
Y : yeux et vision
C : sens chromatique
O : oreilles et audition
P : psychisme

Après une visite médicale, le médecin militaire attribue un score chiffré de 1 à 6 à chacune des sept composantes du SIGYCOP : l’ensemble des 7 chiffres représentant le profil médical du candidat. En fonction de celui-ci, ce dernier est déclaré ou non apte au service, le score requis variant suivant les unités. Par exemple, pour se présenter aux unités des forces spéciales, il faut un score de 1112221. Pour être parachutiste, il faut un score de 2123321.

Tests physiques de recrutement

SIGYCOP : Faut-il avoir une bonne condition physique pour passer le SIGYCOP ?

Oui, les candidats doivent donc posséder une bonne condition physique, l'armée étant particulièrement éprouvante pour les organismes. Le profil sera vérifié une nouvelle fois au cours de l'incorporation à l'armée. Consultez aussi les tests sportifs de recrutement.

Acuité visuelle (examen de la vue) : L'épreuve de vision dans la visite médicale

Par ailleurs, concernant la vision, tous les candidats opérés doivent satisfaire à un examen ophtalmologique spécifique auprès des chefs de service ophtalmologie des hôpitaux d’instruction des armées. Ils ne peuvent réaliser cet examen qu'un an après leur opération, s'il s'agit d'une chirurgie de photokératectomie réfractive (PKR) ou toutes techniques assimilées réalisées après l'âge de 20 ans. Toute chirurgie pratiquée avant cet âge implique une inaptitude médicale jusqu'à 21 ans.

Le candidat doit être médicalement apte à un service actif de jour comme de nuit. L’acuité visuelle doit être de 15/10ème pour les 2 yeux, avec au moins 5/10ème pour un œil. Cette acuité peut être estimée avec le port de lentilles ou lunettes. La puissance des verres correcteurs doit être au plus de 3 dioptries pour atteindre les 15/10ème.

Tests sportifs de recrutement

Visite médicale armée : Comment se déroule la visite médicale initiale ?

Lors du recrutement, les candidats bénéficient d'une expertise médicale dite initiale, dans un centre d'expertise spécialisé. Cette expertise permet d'établir l'aptitude générale au service et les aptitudes à certains emplois particuliers, comme le parachutisme ou l'embarquement sur un bâtiment de la marine nationale.

Cette expertise médicale initiale comprend un examen médical clinique complet, un électrocardiogramme, un bilan de l'acuité visuelle et de l'audition, une analyse d'urine. Le militaire bénéficie au moins d'une visite médicale annuelle au cours de laquelle dépistage et prévention de certains facteurs de risque peuvent être faits.

Les données recueillies au cours d'un examen médical effectué dans l'optique de la détermination d'une aptitude médicale afin d'émettre un avis sur l'aptitude du personnel à servir dans l'armée ou à l'emploi dans l'armée, à partir de critères ou normes définis par le commandement.

Visite médicale armée : Liste complète des Examens médicaux lors du recrutement

Tous les postulants (masculins ou féminins) subissent les mêmes épreuves médicales :

Indice de masse corporelle (BMI)
Calcul du rapport entre la taille et le poids

Tour de taille
Mesure du tour de taille pour détecter un éventuel surpoids (en complément du BMI)

Vue
Examen de l’acuité visuelle, de la vision chromatique et stéréoscopique de chaque conscrit; calcul de correction visuelle par un opticien pour les porteurs de lunettes

Ouïe
Audiométrie (mesure de l’acuité auditive): examen reproductible pour déterminer le seuil d’audition absolu, mais également les limites et les troubles de l’ouïe.

Électrocardiogramme (ECG)
Electrocardiogramme (courbe du rythme cardiaque) pour détecter les signes éventuels de maladies du cœur; évaluation par le médecin chargé de l’examen et par un cardiologue si nécessaire.

Fonction pulmonaire
En fonction du questionnaire médical ou si la fonction choisie requiert le port d’un appareil de protection respiratoire, examen de la fonction pulmonaire qui permet de mesurer les volumes pulmonaires et respiratoires afin de détecter d’éventuels troubles

Analyse d'urine et Analyse de sang
Sur demande en principe, analyse de sang en laboratoire pour: • établir le groupe sanguin • faire un bilan biochimique du sang (foie, fonction hépatique) • détecter d’éventuelles infections (VIH, hépatites B et C). Objectif : détecter d’éventuelles maladies à un stade précoce afin de prendre en compte votre état de santé lors de l’évaluation de l’aptitude et de préconiser un traitement dans la vie civile. En cas de résultats inhabituels, envoi d’une information écrite, accompagnée, si les valeurs s’éloignent trop de la norme, d’une invitation à prendre rendez-vous avec le médecin de famille. Attention: pour être incorporé dans certaines armes, une prise de sang est exigée lors du recrutement.

Vaccins
N’oubliez pas votre carnet de vaccination! Le médecin qui vous fait passer ces examens vous propose des vaccins préventifs contre le tétanos, la diphtérie, la poliomyélite, la méningite bactérienne, la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR), en fonction du carnet de vaccination. Certains vaccins sont obligatoires en cas de service long.

Entretien médical
Un médecin vous pose des questions et procède à un examen corporel complet. Il examine notamment le système circulatoire, le cœur, les organes moteurs, l’abdomen (ventre) et les parties molles. Au terme de tous les examens, le médecin militaire détermine votre profil médical et vous remet une attestation reprenant ce profil ou les causes d'inaptitude (temporaire ou définitive). Une attention particulière est consacrée à la communication portant l'établissement du profil médical et ses conséquences.

Tests sportifs de recrutement

Visite médicale armée : Résultats du bilan médical d'aptitude

Lors de l'expertise médicale initiale, l'établissement du profil médical conduit à une conclusion d'ordre médico-militaire d'appréciation de l'aptitude à servir ou à l'emploi. Cette proposition peut être : l'« aptitude », l'« inaptitude temporaire » ou l'« inaptitude définitive ».

Il est possible de tenir compte de certaines limitations d’ordre médical en décrétant par exemple une inaptitude au tir, ou une aptitude restreinte pour les marches ou pour certains efforts physiques (comme lever et porter des charges).

Est-il possible de faire un recours lorsque l'on a été jugé inaptitude médicale ?

Apte : Félicitations, vous pouvez être incorporé dans une fonction au sein de l’armée !

Inapte : Vous pouvez demander à votre conseiller en recrutement de vous indiquer la procédure pour une contre-expertise de votre dossier par un autre médecin militaire. Le CIRFA vous donnera les coordonnées du bureau expert.

Liste des principales causes d'inaptitude médicale :

Au terme de la sélection médicale de base, un profil médical vous est attribué. Ce profil détermine votre aptitude et les fonctions qui correspondent le mieux à vos possibilités.

Il y a des maladies aux conséquences irrémédiables qui entraînent une inaptitude définitive et sans appel : perte auditive exagérée, problèmes dorsaux, toxicomanie ...

Nous ne pouvons que vous conseiller de passer au préalable chez votre médecin de famille et votre dentiste. Certaines affections facilement décelables et rapidement soignées vous garantissent toute chance de succès: oreilles bouchées, dentition mal soignée, masse pondérale excessive ...

Visite médicale armée : Le médecin en charge de la visite médicale

Le médecin des armées (y compris le praticien réserviste) est responsable de la détermination de l'aptitude médicale. Sa décision peut s'appuyer sur l'avis d'un chirurgien-dentiste des armées.

Si la visite médicale a été effectuée par un interne de médecine générale, ses conclusions doivent être validées et signées par un médecin des armées. Le médecin des armées peut décider d'une inaptitude en fondant ses conclusions sur les éléments objectifs du bilan médical et sur l'estimation d'un risque pour l'individu ou la collectivité, basée sur sa connaissance des pathologies mais aussi sur celle du milieu militaire et des contraintes liées aux activités et situations d'exception imposées par ce statut. Il convient en effet de déterminer si un sujet est capable d'occuper un emploi, mais aussi s'il peut s'en acquitter au sein de la collectivité militaire.

Tests sportifs de recrutement

Liste de 7 causes principales d'inaptitude à l'engagement militaire

Voici les 7 causes les plus fréquentes d'inaptitude :


1. L'insuffisance de développement physique, qui repose sur le rapport poids-taille et qui, on le verra plus loin, provoque surtout des ajournements.

2. Les malformations congénitales ou acquises, qui, du fait de leur caractère non évolutif, entraînent exclusivement des exemptions.

3. Les troubles psychiques, qui représentent des cas très caractérisés de débilité mentale. Cependant les témoignages des maires des communes jouent certainement là un rôle important.

4. Les affections des yeux et des oreilles. Ce sont également les cas patents qui sont retenus, puisque les médecins des conseils savent que des examens très poussés seront imposés aux recrues déclarées aptes, lors de leur passage dans un centre de sélection.

5. La tuberculose ou suspicion de tuberculose. Faute de pouvoir pratiquer des examens radioscopiques et a fortiori des examens radiographiques, les médecins des conseils jugent uniquement d'après les pièces apportées par les recrues. Pour une telle affection, les exemptions sont la règle, mais l'incertitude de certains documents présentés conduit parfois les médecins à proposer seulement des ajournements.

6. Les affections cardio-vasculaires. Là encore, l'examen pratiqué est sommaire et il est probable que les certificats médicaux apportés par les recrues jouent un rôle décisif.

7. Les « affections diverses », c'est-à-dire, les cas qui ne peuvent être classés dans les 6 premières rubriques. Ce poste hétérogène et mal connu ne sera pas étudié d'une façon précise, sinon pour en mesurer l'importance relative.

L'inaptitude à l'engagement peut être également la conséquence :


1. D'une décision médicale fondée sur l'estimation d'un risque, pour l'individu ou la collectivité, à être exposé aux contraintes liées aux activités et situations d'exception militaires ;

2. De critères règlementaires imposés par le commandement (taille, élocution, état dentaire, dépistage de consommation de substances illicites, etc.).

Drogues et alcool dans l'armée : Contrôle médical des militaires

Mise en garde contre l’usage, la détention ou le trafic de stupéfiants et contre la consommation excessive d’alcool

Etre militaire, c’est adopter un comportement digne et respectueux des lois, incompatible avec la consommation de substances illicites ou la consommation excessive d’alcool. Etre militaire, c’est conserver ses pleines capacités physiques et psychiques pour garantir l’efficacité au combat et l’exercice sans faille des missions.

1. Stupéfiants : aucune faute liée aux produits stupéfiants n’est tolérée dans l’armée.

L’armée se montre ferme à l’encontre des contrevenants à la politique de lutte contre la drogue. Tout usage, détention ou trafic de stupéfiants (notamment le cannabis) sera considéré comme un manquement grave aux devoirs du militaire et fera l’objet de sanctions, conformément aux textes réglementaires en vigueur.

2. L’alcool : pas de consommation excessive d’alcool dans l’armée.

La consommation de boissons alcoolisées diminue la vigilance, ce qui est incompatible avec notre métier. Elle est également sanctionnée par les armées. Sachez également que pour exercer certains emplois, il est interdit de consommer de l’alcool plusieurs heures avant de prendre ses fonctions.

3. Contrôle médical : des tests de dépistage dès la sélection et tout au long de votre carrière.

Dès la visite médicale initiale, le médecin pratique un test de dépistage de produits stupéfiants. Il est à noter que les traces de stupéfiants tels le cannabis peuvent rester présentes dans les urines plusieurs semaines après leur consommation. Tout au long de votre carrière, ce même test pourra être pratiqué dans un cadre médical : - à titre individuel et de façon systématique au cours des visites périodiques d’aptitude lorsque vous serez affectés à certains postes ou emplois spécifiques ; - collectivement et de façon aléatoire au sein d’un groupe de personnel identifié sur des caractéristiques professionnelles.

4. Sanctions disciplinaires ou professionnelles en cas de non-respect de ces consignes.

Le code de la défense dispose, en son article L.4137-1 que : « sans préjudice des sanctions pénales qu’ils peuvent entraîner, les fautes ou manquements commis par les militaires les exposent :
1. à des sanctions disciplinaires prévues par les dispositions de l’article L.4137-2 ; 2. à des sanctions professionnelles prévues par décret en Conseil d’Etat, qui peuvent comporter le retrait partiel ou total, temporaire ou définitif, d’une qualification professionnelle. Pour un même fait, une sanction disciplinaire et une sanction professionnelle peuvent être prononcées cumulativement. » Dans les armées il est interdit de provoquer ou de favoriser la consommation de produits stupéfiants, d’en faire usage, ou d’en introduire ou détenir à l’intérieur d’une enceinte militaire, à bord ou en tout lieu de séjour de militaires. En complément des poursuites pénales, vous êtes avisé que pour toute implication (usage, détention ou trafic), même en dehors du service, vous encourez : - en école : des sanctions disciplinaires pouvant entraîner un arrêt provisoire de l’instruction, voire la radiation du circuit des écoles ; - en unité : des sanctions disciplinaires ou professionnelles.

Un comportement responsable et exemplaire est exigé de tout militaire.

Toute consommation de drogue entraîne un risque accru de troubles du comportement, ce qui n’est pas acceptable dans un milieu professionnel où chacun peut devenir d’une seconde à l’autre l’acteur de sa propre sécurité ou de celle de son camarade.

Comment se rendre à la visite médicale de l'armée ?

Munissez-vous de tous les documents médicaux en votre possession (carnet de santé, carnet de vaccination, compte rendu d'hospitalisation, radiographie, examen ophtalmologique, etc…). Vous serez convoqué par le centre de sélection pour subir une visite médicale effectuée auprès d'un médecin militaire servant dans la gendarmerie.

Vous recevrez, pour vous y rendre, un bon unique de transport, qui vous permettra d'acquérir gratuitement un billet SNCF aller - retour, tarif 2ème classe, si vous voyagez par le train et si vous voyager par la route un forfait kilométrique correspondant au tarif 2ème classe militaire vous sera alloué.

Dernière étape : La visite médicale d'incorporation

Les candidats admis bénéficient à leur arrivée dans l'armée choisie d'une visite médicale d'incorporation, à l'issue de laquelle ils peuvent être déclarés inaptes si leur état médico-psychologique ne correspond pas aux conditions exigées pour l'admission à certaines spécialités.


AUTRES RESSOURCES DE RECRUTEMENT

Pour être qualifié « Apte » à l'un des niveaux déterminés par les militaires, les candidats à un emploi de l'armée doivent atteindre les notes minimales aux tests d'admission des Forces Armées.

Il y a des milliers d'offres d'emplois dans l'armée. Si vous voulez être militaire, il existe un emploi pour vos compétences. Consultez les métiers.

Découvrez les tests physiques et sportifs pour s'engager dans l'armée. Tests physiques réussir le recrutement de l'armée française.



NEWSLETTER

Partager sur réseaux

Partager sur réseaux


S'engager dans l'armée


Test de recrutement